Mon problème avec les romances

Culture

Chers lecteurs,

Avant de vous parler de ma dernière lecture, je souhaitais évoquer brièvement un sujet en lien avec celle-ci : les romances dans la littérature.

En effet, je répète, bien (trop) souvent, que « la romance, ce n’est pas trop mon truc », sans expliquer le pourquoi du comment. Or, ma dernière lecture fait justement partie des rares romances qui m’ont convaincue.

Mais qu’est-ce qui me gène tant dans la plupart des romances ? Beaucoup de choses, en fait. Les sentiments trop rapides, forcément réciproques, les déclarations d’amour dithyrambiques… Tous ces éléments qu’on retrouve sans cesse, ces codes que peu osent casser.

Quand je repense à mes lectures de ces trois derniers mois, j’ai l’impression que, finalement, même si le contexte change, l’expression de l’amour prend toujours la même forme : Tous nos jours parfaits, Ma raison de vivre… J’ai pourtant bien conscience que l’idée de la romance est de faire rêver, en présentant effectivement des sentiments forts et leur expression la plus retentissante… mais je trouve cela lassant. Comme si l’amour devait suivre un schéma.

Qu’est-ce que je recherche alors dans une romance ? J’aime quand l’amour n’est pas réciproque, quand il mets du temps à se découvrir (c’est bien simple, je hais les coups de foudre), quand il fait face à l’épreuve du temps, de la distance ou des tentations. Quand une relation n’est pas prévisible, attendue ou allant de soi. Quand les âges, les origines diffèrent. Bref, j’aime être surprise ! 🙂

Et comme je vous le disais en préambule, ma dernière lecture, Captive de Renee Ahdieh, a su répondre à ces exigences 🙂

Captive

Les nuits de Shéhérazade, Captive, Renée Ahdieh, Véronique Minder, Hachette Jeunesse

J’ai bien aimé cette lecture. La romance est effectivement originale, complexe et tout en pudeur. Deux points intéressants : aimer celui qui représente le mal, et l’amour adolescent à l’épreuve de l’âge adulte. 

Un autre élément positif est la figure du méchant, elle aussi complexe. Il y a un peu du Prince de Machiavel dans le personnage du calife, une légère réflexion philosophique (faire le mal pour assurer le bien du plus grand nombre) bienvenue 😉

Le personnage principal, Shéhérazade, m’est apparu très sympathique, notamment par sa répartie et son évolution subtile. AA742B18-C4E7-4F84-B9BC-8D2142832F42

Le tout donne une lecture dépaysante, que ce soit par le champ lexical ou l’ambiance générale, les descriptions des vêtements, des jardins, des senteurs. On s’y croirait.

Le rythme est parfois lent, parfois rapide, l’auteur n’hésitant pas à user d’ellipses tout en s’attardant sur certains moments essentiels pour donner un sens à la romance (des regards, des dialogues).

En bref, une lecture que je conseille, divertissante et assez originale. Petit bémol : je me suis rendue compte en fin de lecture qu’une suite était prévue… un peu dommage, j’aurais préféré que l’intrigue soit bouclée, tel le conte qu’elle réécrit 😉

Ma note : 3/5


 

N’hésitez pas à me poser des questions si je n’ai pas été claire dans mes propos 😉 Je serais également très curieuse de connaitre votre ressenti sur les romances, quasi-omniprésente dans tous les livres que nous lisons 😉

Je vous remercie pour votre attention et vous souhaite une belle journée,

A très vite,

Clélia

PS : prochain article le jeudi 7 janvier !

 

Partager : Ils peuvent égaement vous plaire :

15 Commentaires

  1. Ludivine D.

    Bonjour Clélia! Ton article m’a fait sourire 🙂 tout comme toi je n’apprécie pas vraiment les romances « ordinaires » et simples en littérature. C’est à mon sens un peu vu et revu. Par contre j’aime les romances quand l’auteur n’hésite pas à surprendre le lecteur et en quelque sorte malmener ses personnages.
    Un de mes romans préférés qui traite justement d’une romance peu commune est La solitude des nombres premiers de Paolo Giordano. Je ne peux que te le conseiller.
    En attendant très bonne semaine et merci pour cet article. Je me sens moins seule 🙂
    PS: désolée pour ce commentaire un peu long

  2. Je suis assez d’accord avec toi et je comprends totalement ton problème avec les romances puisque j’éprouve exactement la même chose !

  3. apokalipstik

    Bonjour Clélia! Je me retrouve totalement dans ton article. J’ai également du mal avec les romances, notamment pour les aspects que tu évoques dans ton article.

    Perso, il y a aussi certains cas de figure bien précis qui ont tendance à m’énerver. Je pense par exemple au triangle amoureux où l’héroïne est toujours tiraillée entre deux beaux mâles et se tâtent pendant des chapitres entiers ou encore le jeu du chat et de la souris où les deux protagonistes jouent à « Je t’aime moi non plus » … ça m’agace, ça m’énerve et surtout, c’est prévisible puisque l’issue est TOUJOURS la même.

    Bon après, j’ai un seuil de tolérance et si la romance ne prend pas trop de place dans le récit et qu’il y a une intrigue parallèle intéressante, ça serait bête de passer à côté.

    Julie

  4. Je comprends, et partage d’un côté ton point de vue sur les romances. J’ai bien commencé mon chemin sur la blogo et clamant haut et fort que les romances etc… « beurk beurk pas pour moi ». Puis j’ai lu quelque chose de sympa, rigolo, qui ne cassait pas trois pattes à un canard, mais finalement j’avais passé un bon moment. Alors maintenant je deviens sélective dans mes choix de romances. Et des fois j’ai envie de lire un truc un peu niais qui est beaucoup trop gentil pour être réaliste. Et des fois je veux quelque chose de méchant, de réaliste, de captivant, de complexe…

    Je pense qu’on choisit ses lectures, selon ses envies, selon ses besoins. Et les romances niaises peuvent apparaitre dans ce contexte. Comme d’autres genres. Et d’autres romances. « Captive » ne m’avait pas captiver (haha… ok je sors) lors de sa sortie, la couverture ne me disait rien, et j’ai laissé passé. Mais j’en entend de plus en plus de bien, donc je vais peut être finir par m’y intéresser. J’aime la présentation que tu fais du calife en tout cas, ce genre de personnage me parle.

  5. JA

    Whaouh ! Tu es de plus en plus régulière dans la publication de tes articles ! C’est trop bien ! Concernant les romances, je n’en ai jamais lu de ma vie, ça ne me dit rien mais pourquoi pas si l’histoire n’est pas « niaise » et bien écrite. J’aime beaucoup tes articles réflexions. Ce sont ceux que je préfère parce qu’ils sont toujours pertinents et bien écrits. J’ai hâte de lire le prochain article !

  6. Hello !

    Je ne suis pas très difficile en romance mais je suis bien d’accord avec toi sur les points évoqués en début d’article : j’aime bien être surprise et sortir un peu des sentiers battus ! Je hais les clichés et encore plus les triangles amoureux.

  7. Hello,

    Je ne me considère pas comme le public cible de ce type de romans, quand je lis de la romance je préfère quand ça s’inscrit dans un drame, je trouve ça plus sympa.

    Cela dit, je reste un fan inconditionnel des histoires d’Alexandre Jardin telles que Le Zèbre ou Fanfan (les deux romans sont adaptés en films) qui revisitent la romance d’une façon que j’aime beaucoup. Adieu la routine et les schémas habituels d’une relation établie et bonjour l’inattendu au quotidien. Dans le premier c’est un mari qui souhaite revisiter sa vie de couple au quotidien pour éviter qu’elle ne perde en intensité et dans le second, le héros décide de créer une relation amicale en suspend pour que jamais ne se fane la passion des premiers instants. Alors certes ce sont des romances aux sentiments plus ou moins réciproques mais y’a vraiment plusieurs degrés de réciprocité et vu le degré de folie des personnages principaux, ils ne sont pas toujours suivis dans leurs extravagance. C’est joyeux mais pas toujours et parfois triste.

    « sentiments forts et leur expression la plus retentissante » après ça c’est ta conception. Pour ma part je rejoins celle d’Alexandre en ce qu’il pense qu’il « ne faut pas vivre petit ». A partir de là et appliquant cette leçon au quotidien, je ne trouve pas ce type de roman exagéré. Finalement, il n’appartient qu’à nous d’aider la réalité à dépasser la fiction. C’est pas simple mais pas impossible en soi.

    Et puis, quand bien même la fiction dépasserait la réalité, pour moi c’est aussi son but : divertir.

  8. Article très intéressant!
    J’avais déclaré il y a longtemps que les romances ce n’était pas pour moi aussi! Je trouvais ça mais tellement niais!!! J’avais l’image du roman Arlequin que les mamies lisent sur la plage ( attention gros cliché!)
    Depuis que j’ai découvert Booktube il y a deux ans je me suis laissé porter par le mouvement et je me suis mise à lire de la romance. Enfin je dis ça, j’en lis plutôt sans le vouloir car comme tu le dis si bien, c’est devenu presque omniprésent dans chaque lecture. Et en règle général j’ai été très très souvent déçue. Je trouve comme toi que les schémas sont toujours les mêmes, il n’y a aucun suspsens, quasi aucune difficultés, quand on a pas le traditionnel triangle amoureux. Et j’ai le meme soucis que toi je déteste les coups de foudre. Les personnages qui se jurent amour éternel au bout de 10 pages ça me fait vomir des chamallows roses…
    Mais contre toute attente certaines m’ont plu, et offrent de bonnes surprises.
    Au final je trouve toujours que les romances sont assez niaises, mais je ne me ferme plus comme avant!

    J’ai reçu Captive pour Noël, du coup tu m’as donné encore plus envie de le lire!

    Bonne soirée bisous!!

  9. Coucou Clélia 🙂
    J’ai découvert ta chaine et ton blog il n’y a pas longtemps et tu m’a vraiment donner envie de lire encore plus ! J’adore ce que tu fais, merci pour tout!
    des bisous !

    • Clélia

      Coucou ! 🙂 Oh merci beaucoup Sabrina, ton message me touche beaucoup. Ca me fait vraiment plaisir de voir que tu as envie de lire encore plus, j’espère que cela t’apportera beaucoup de belles émotions 🙂 Gros bisous à toi et encore merci !

  10. Je n’aime pas les romances non plus. j’ai essayé, 1 fois en anglais, une autre en français, mais vraiment ça colle pas avec moi. Je traîne énormément même si le livre est court, je déteste les clichés, je m’énerve et puis surtout, SURTOUT… je suis hyper cynique. Alors pour ma part y’a aussi une raison beaucoup plus personnelle. Parce que je n’ai aimé qu’une seule fois et que ça m’a complètement bousillée. Alors au lieu d’être attendrie, je lève les yeux au ciel et marmonne des « et encore un beau parleur », et que c’est pas crédible, et que ça existe pas, et pire encore ça me rappelle des souvenirs qui font que ce genre de lecture me font bien de plus de mal qu’autre chose. Alors j’arrête. Et ptet qu’un jour j’en aurai de nouveau envie mais c’est pas demain la veille…

  11. Article très intéressant!! J’ai pour ma part difficile avec les romances en général. Je ne suis pas contre le coup de foudre mais je trouve qu’on l’utilise trop fréquemment comme si c’était une norme. Le triangle amoureux aussi est beaucoup utilisé. Oui il y existe des triangles dans la vie , mais ce n’est pas aussi « romancé » du moins pas aussi « glamourisé ». Les sentiments sont des choses fortes quels qu’ils soient et j’aime les retrouver dans des œuvres. Je suis contente de lire ton blog, c’est une chouette découverte. J’aime beaucoup lire des articles même si je regarde de temps à autres des vidéos. Au plaisir de te lire =^-^=

    • Clélia

      Oh un grand merci à toi <3 Et je partage totalement ton avis concernant le coup de foudre et le triangle amoureux. Personnellement je n'en peux plus de ces deux ficelles... C'est devenu presque un critère pour me faire détester un livre ! ;D Merci d'avoir partagé ton avis, à très vite j'espère 🙂

  12. Un article très intéressant et joliment écrit. De mon côté, ce qui me déplaît le plus dans les romances, bien que je sois totalement charmé par ce genre littéraire, c’est : l’éternel stéréotype du « Badboy ». C’est la mode depuis quelques années. Sincèrement, je suis lassé du schéma « beau salaud arrogant ». Ils sont où les personnages masculins avec de l’esprit, qui sont attentionnés (sans être niais), avec de la profondeur ? Je m’emporte un peu 😛 ! Il y a aussi la fameuse « rivale » qui m’insupporte, les triangles amoureux (depuis Twilight ça m’ennuie à un point inimaginable) et les coups de foudre. Bien sûr, il y a toujours des exceptions à la règle, si l’histoire est bien présentée ou si l’auteur amène ces critères d’une façon originale et inattendue !

    • Cher Lecteur

      Hello ! 🙂 Aaaah merci, je vois qu’on partage effectivement le même avis concernant ces personnages masculins 😀 Le badboy oui, et les triangles amoureux n’en parlons même pas ahah ! ça ne fait pas du tout rêver, et tellement loin de la réalité… Enfin bon, au moins ça nous permet de saluer l’originalité quand elle est là 😉 Merci à toi d’avoir partagé ton avis 🙂

Ecrire un commentaire

Design made with ♥ by Romy