Chers lecteurs et chères lectrices,

Je vous souhaite avant toute chose une excellente année 2019 ! J’espère que cette année sera très heureuse pour vous et vos proches.

De mon côté, je compte bien rédiger le traditionnel article bilan de l’année passée, et je dois dire que cette année… je vais en avoir des choses à dire !

Mais avant tout, il faut absolument que je vous parle d’une exposition que j’ai visitée il y a maintenant quelques semaines, mais qui se termine malheureusement très bientôt… il ne vous reste donc plus beaucoup de temps pour courir découvrir l’expo Miro, au Grand Palais !

C’est qui Miró ?

En quelques mots… Peintre catalan du XXème siècle (1893-1983),  Joan Miró est un contemporain de Picasso (1881-1973), de Matisse (1869-1954), du surréalisme. Il ouvre une voie artistique autonome et invente un univers coloré et poétique.

Vous avez d’ailleurs peut-être déjà vu ses fameuses Constellations, une série de petits formats où flottent des créatures hybrides et des signes étranges.

Joan Miró, Femme et oiseaux, 13 avril 1940, Collection particulière
© Successió Miró / Adagp, Paris, 2018 photo Nahmad collection, Monaco

C’est quoi l’expo « Miró, ceci est la couleur de mes rêves »  ?

Une rétrospective réunissant près de 150 oeuvres, couvrant 70 ans de création, sous le commissariat de Jean-Louis Prat, ancien directeur de la Fondation Maeght et ami de Miró.

L’idée ? Mettre l’accent sur les périodes charnières de la carrière de Miró à travers ses peintures, dessins, céramiques et sculptures, de la période fauve au cubisme en passant bien sur par le surréalisme.

L’exposition a lieu au Grand Palais, à Paris, jusqu’au 4 février 2019. Je vous conseille plutôt de vous y rendre en fin de journée ou en soirée, j’y suis allée un jeudi matin en période scolaire et il y avait beaucoup de monde (scolaires et cars de touristes).

Expo Miró : pourquoi il faut y aller ?

Le parcours, chronologique, est divisé en plusieurs salles :

  • les premières salles présentent les périodes fauves et détaillistes
  • puis la rencontre avec les surréalistes
  • la guerre, période de travail expérimental pour Miró, notamment avec ses collages
  • les nouvelles formes d’expression de l’après guerre (céramique, sculpture)
  • et enfin les très grands formats dont la fameuse triptyque Bleu I, Bleu II, Bleu III

J’ai beaucoup apprécié le fait que le parcours de cette exposition soit chronologique : l’évolution de Miró est particulièrement visible, de même que l’influence du cubisme, du surréalisme. La guerre, aussi, a profondément marqué le travail de Miró.

Une expo qui, selon moi, plaira à beaucoup, petits et grands, néophytes et habitués d’expositions : les couleurs, la variété des oeuvres, la poésie et l’engagement de Miro, le surréalisme… sont autant d’éléments qui m’ont passionnée au fil de la visite, me laissant parfois songeuse, scotchée ou même troublée.

Sources et pour en savoir plus : Miro, le dossier pédagogique

Exposition Miro

Grand Palais

Du 3 octobre 2018 au 4 février 2019

Plein tarif : 15 €

Tarif réduit : 10 €

Ouvert lundi, jeudi et dimanche de 10h à 20h et mercredi, vendredi et samedi jusqu’à 22h.

Fermé le mardi